23 mai 2017

<3 Les fraises de Saint-Goustan au marché d'Etel se racontent...


La patience est reine pour déguster les fraises de Saint-Goustan.
D'ailleurs, la file d'attente est longue devant des étals pour s'acheter la barquette
 de fraises qui s'exposent de plaisir et de vitalité sous les yeux gourmands des visiteurs.
Ces barquettes colorées et parfumées s'en vont chez l'habitant amusé de se voir offrir les
paroles taquines du marchand. Un "bonjour ma fille", à une vieille dame tenant fermement son caddy pour retrouver un semblant d'équilibre, un "salut toi" par là. Ce marchand
souhaite décidément rompre les habitudes de l'anonymat. Il prend des nouvelles de chacune et chacun
et pousse le visiteur à sourire avec franchise quand il le tutoie avec détermination tout en restant bienveillant.
Le couple de touristes derrière moi, le parler étranger à mes oreilles (viennent-il peut-être des Pays du Nord?) commence à comprendre le jeu du marchand et s'amuse avec plaisir d'entendre un breton vendeur de fraises, faire le choix de créer un petit lien. Mon tour venant, j'ai côtoyé ce marchand de fraises avec la même spontanéité "Bonjour mon gars" qui après sa première surprise a poursuivi son jeu amical en prenant de mes nouvelles en faisant semblant de me connaître depuis l'enfance. Je n'ai pas manqué de lui tenir un petit bout de conversation sur "les délices de Saint-Goustan", ferme de fruits rouges frais à Auray.
Ramène-t-il sa fraise? Cette expression argo n'est pas appropriée pour ce cinquantenaire qui en a que faire d'adopter une attitude prétentieuse...
D'ailleurs, ses fraises ont vraiment un goût de "Reviens-y" et c'est certain, je repasserai au marché d'Etel en ramenant ma fraise ;) ... que nenni... simplement pour croiser ce marchand atypique qui offre des mots sucrés à ses frères et soeurs tout âge confondu... Un petit baume au coeur sur cette belle terre écorchée par des actes qui ébranlent.


18 mai 2017

Les ganivelles se racontent...

Les promenades en bord de mer sont ponctuées de détails qui portent l'explorateur au-delà de l'horizon. Les lattes de bois en font partie... elles s'étirent pour tendre les bras, s'inclinent pour accueillir les grains de sable et de larmes salines, se ploient pour défier le vent, ondulent au gré des humeurs atlantiques. La végétation se bouscule à ses pieds afin d'y trouver un petit recoin abrité.
Ces lattes prennent un nom évocateur ou enchanteur : ganivelles. Juste le plaisir d'entendre la sonorité finale ... comme une manière de déployer leurs ailes.






3 mai 2017

Dunes, mer, rivière...


A Erdeven, dans le Morbihan, traversons le dunes qui portent les marques de chaque saison... Ici, les églantines fleurissent à profusion sur un espace balayé par les vents... Le sol a pris une couleur soudainement blanche comme pour mieux apprivoiser les couleurs printanières à venir depuis le bleu en passant par le rouge, le rose... Au loin, un vieux bunker, avachi fait partie du paysage depuis bien longtemps. Notre œil court sur ce monstre de mémoires sans s'y arrêter pour capter au loin la douceur trompeuse de l'Atlantique déchaîné... En nous approchant d'un peu plus près, nous voyons précisément que cet amas de béton armé a pris aussi des couleurs, celles des artistes de passage...



Poursuivre son chemin sur ces dunes qui nous présentent son passé...


Nous y voilà sur ces immenses plages fouettées par le vent ! Ici, la plage de Kerminihy, celle qui est la plus proche de l'embouchure de la ria d'Etel, subit les turbulences de l'océan. Le sable, ici, est un peu plus effronté, un peu comme les vagues, comme par mimétisme. Plus rudes, plus rustres, ses grains sculptés par le va et vient de l'Atlantique roulent sous nos pieds comme des billes.


L'horizon à cet endroit est toujours captivant. Nous portons notre attention sur le fameux banc de sable que l'on nomme ici "Barre d'Etel". Ce banc de sable bouge au gré des marées et peut présenter un véritable danger à marée basse pour les plaisanciers qui rentrent au port d'Etel. Le sémaphore est là pour veiller et donner des instruction à ceux qui s'approchent de cette bande de sable pour regagner la ria d'Etel.


La météo n'arrête pas le pêcheur passionné :) Ici, c'est le bar qui est le plus pêché. Pour ceux qui aiment la pêche à pied, la coque est la reine de la plage d'Etel.


Bientôt d'autres photos viendront s'ajouter pour décrire d'autres plages de ce petit coin de Bretagne.
En attendant, au sec, profitez de ces quelques vues saisissantes sur l'Atlantique qui joue avec le vent...